Psychologie et sciences – les dessous de la gamification

La gamification se base sur des études scientifiques, et plus particulièrement en psychologie et en neurosciences pour établir ses stratégies.

blog

L'effet des jeux sur le cerveau : neurosciences, dopamine et plaisir

 

Les neuroscientifiques ont démontré que certaines mécaniques de jeux libèrent dans le cerveau humain de la dopamine.

 

La dopamine est un neurotransmetteur, c’est à dire une molécule qui transmet des informations entre les neurones.

 

Elle est considérée comme l’hormone du plaisir.

 

Elle agit sur ce que l’on appelle le circuit de la récompense qui incite les humains à reproduire les expériences qui procurent du plaisir.

 

Elle agit aussi sur l’attention et les scientifiques ont également démontré qu’elle agit aussi sur l'envie de découverte et de recherche des êtres humains.

 

Transposé à un domaine purement business, avec une application, l’utilisation de la gamification libérera de la dopamine chez les utilisateurs qui prendront donc plus de plaisir à parcourir cette application. De plus ils seront plus attentifs et auront envie d’aller plus loin qu’avec un système non gamifié.

 

Il y a motivation et Motivation !

 

Mais la gamification ne repose pas uniquement sur les neurosciences.

 

Elle s’appuie aussi sur la psychologie humaine.

 

Il faut donc pour la comprendre, bien distinguer les deux types de motivation existante.

 

Il y a la motivation intrinsèque, qui est interne à chaque être humain, elle vient de nous-même.

Par exemple, si vous lisez un livre par plaisir de la lecture, il s’agit là d’une motivation intrinsèque.

 

La seconde est la motivation extrinsèque, qui est elle externe à chaque être humain, elle vient d’un élément extérieur.

Par exemple, si vous lisez un livre car votre professeur de français vous l’a demandé, il s’agit d’une motivation externe. Vous ne vouliez par lire ce livre, mais pour obtenir une bonne note, vous lisez ce livre.

 

Chacun sa facon de jouer

 

Il existe aussi des théories scientifiques sur les jeux sur lesquelles la gamification s’appuie.

 

La plus connue est la théorie des 4 types de joueurs de Richard A. Bartle.

 

Il définit tous les joueurs selon 4 catégories :

 

      - Le collectionneur :

 

Ce type de joueur cherche à finir les jeux à 100%, il voudra acquérir tous les objets à collectionner, toutes les récompenses et les titres déblocables. Il finira un jeu dans toutes les difficultés possibles.

 

       - Le tueur :

 

Ce joueur est un grand fan de la compétition. Il cherche à être premier du classement et prendra plus de plaisir à jouer lorsqu’il battra les autres joueurs.

 

       - L’explorateur :

 

Ce joueur cherche à connaître chaque détail du jeu par cœur. Il voudra connaître tous les lieux, tous les secrets et même tous les bugs d’un jeu. Il s’intéressera particulièrement au scénario et à l’univers graphique.

 

       - Le sociable :

 

Le sociable recherche toujours le contact avec les autres joueurs et préférera la coopération au challenge. Le côté social du jeu est plus important que le reste et il sera souvent très investi dans des guildes ou clans.